top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurUbyrisk - Catnat.net

Quelle est la différence entre les modèles météorologiques et climatiques ?




Les modèles numériques pour les prévisions climatiques et météorologiques, les radars météorologiques et les images satellitaires augmentent chaque année en précision et en granularité.


Il y a 20 ans, les observations satellitaires avaient une résolution assez grossière de 10 à 15 km. À l’époque, il n’y avait que quelques satellites, de sorte que les observations pour la même rue étaient disponibles une fois tous les 3 jours.


Aujourd’hui, parce qu’il y a beaucoup de satellites différents, nous avons 5 images par jour pour la même rue ! Avec les nouvelles technologies, les inondations sont cartographiées avec des détails incroyables, atteignant une granularité de 30 mètres, la taille d’un terrain de basket.


Grâce à toutes ces observations, les scientifiques de l’atmosphère suivent en temps réel les ouragans, la grêle, la déforestation, la qualité de l’air, les fuites de méthane, les sécheresses, les incendies de forêt, la pénurie d’eau, la pollution des rivières, l’épaisseur de la glace et la hauteur des vagues océaniques. Ces pièces d’un grand puzzle deviennent très précieuses lorsqu’elles sont agrégées et combinées dans un grand modèle météorologique, le jumeau numérique.


Les modèles météorologiques haute résolution (1 km) digèrent toutes ces observations en temps réel. Les prévisions météorologiques sont relancées toutes les heures, mettant continuellement à jour les prévisions pour les 1 à 3 prochains jours. Les météorologues utilisent les ensembles de modèles météorologiques pour sélectionner les prévisions « les plus probables ». L’objectif principal est la sécurité nationale et l’alerte précoce en cas d’ouragans, d’inondations et d’incendies de forêt.

Les modèles météorologiques ont la capacité de définir la façon dont nous planifions notre journée.


Les modèles climatiques diffèrent des modèles météorologiques à bien des égards. Les modèles climatiques globaux sont les outils scientifiques simulant l’évolution des conditions météorologiques au jour le jour au fil des décennies et des siècles. Contrairement aux modèles météorologiques, les modèles climatiques n’assimilent aucune observation en temps réel. Les scientifiques utilisent des modèles climatiques pour comprendre les interactions et les rétroactions complexes au sein du système terrestre : fonte des glaciers, élévation du niveau de la mer, variations à grande échelle et à basse fréquence.


Les modèles climatiques ont la capacité de définir la façon dont nous planifions l’infrastructure, la logistique et la résilience aux conditions météorologiques extrêmes au-delà de la portée des prévisions météorologiques à 3 jours.


Aujourd’hui, les meilleurs modèles climatiques modernes sont en résolution de 50 km. Ces modèles climatiques « HighRes » à haute résolution ont participé au récent projet conjoint appelé CMIP6 (Coupled Model Intercomparison Project - phase 6). Chaque modèle climatique terrestre et chaque modèle météorologique est un projet national valant des milliards de dollars américains d’investissements. À ce jour, il existe une centaine de modèles climatiques, et tous sont institutionnels.


Les modèles numériques simulant des zones plus petites avec des résolutions plus élevées produisent des données plus précises. Les climatologues ont mis au point des outils pour améliorer la granularité des ensembles finaux de données climatiques. La méthode est appelée « downscaling ». Dès que les modèles climatiques ont tout calculé sur une grille de 50 km, ces données quotidiennes sont encore réduites (requadrillées) à une résolution plus élevée (meilleure). En conséquence, les séries chronologiques climatiques pour la période 1950-2050 sont rééchantillonnées à partir d’une résolution grossière de 50 km à une résolution de 1 km. C’est la résolution typique des modèles météorologiques modernes.



Il est important de mentionner que les modèles météorologiques et climatiques fournissent les données sous forme de température et de précipitations quotidiennes et horaires. Les inondations et les vagues de chaleur sont les produits climatiques post-traités (de haut niveau) de ces produits de données brutes. Alors que les séries chronologiques brutes de température horaire et de précipitations horaires sont disponibles gratuitement, les séries chronologiques post-traitées des risques climatiques (inondations, feux de forêt et vagues de chaleur) sont des produits commerciaux.


Comprendre le climat passé, présent et futur nous permet de faire la distinction entre les processus et les impacts naturels et anthropiques. La combinaison de nombreux modèles climatiques différents dans plusieurs scénarios climatiques aide à évaluer l’incertitude et à mesurer le signal hors bruit.


Il est crucial que nous continuions à recueillir des données et à améliorer la physique des modèles climatiques, en augmentant leur précision pour affiner nos connaissances sur le climat et la météo.


Notre structure - Ubyrisk Consultants - fournit différents types de données météorologiques (vent, grêle, foudre, précipitation...) en prévision et en observation et utilisent donc plusieurs modèles météorologiques. Cela concerne notre gamme de services Warning.


De même, pour des études plus prospectives d'évaluation des risques et des enjeux sur certains paramètres climatiques (températures, précipitations notamment) nous utilisons des modèles climatiques à long terme.




48 vues0 commentaire
bottom of page